Texte Logo GilbertGuerin.com

Les transports publics sont quasiment inexistants en Namibie. les routes (environ 5000 kilomètres de routes goudronnées et presque 40 000 kilomètres de routes de gravier et de sable) sont cependant en général très bien maintenues et relativement facile à conduire.

Sur la route d'Etosha

Même si les routes sont habituellement en de très bonnes conditions, on rencontre assez souvent en Namibie des sections complètes très inégales et très fortement ondulées qui sont plutôt spécifiques à la Namibie.

Les sillons - fréquemment d'une profondeur pouvant aller jusqu'à une dizaine de centimètres - peuvent secouer véhicules et passagers d'une manière très déplaisante et parfois même extrême.

Les locaux recommendent de simplement "voler" au dessus de ces pistes, en conduisant suffisamment rapidement de telle façon que les roues du véhicule ne tombent pas au fond de chacun des sillons.

La vitesse idéale est apparemment de 80 kilomètres par heure.

Cela requière cependant un certain niveau d'habileté et une absence certaine de peur pour le bien être du véhicule, tout au moins dans les premiers kilomètres !!!

Globalement, il n'y a pas besoin de véhicule tout terrain ou de 4x4 pour se déplacer en Namibie.

Même pour Sossusvlei, il est tout à fait possible de s'y rendre avec un véhicule de tourisme ou un combi, tout du moins aussi longtemps que vous avez des pneus de secours pour pallier aux très nombreuses routes parsemées de rocs.

Dans notre cas, de Windhoek à Sossusvlei, à travers les montagnes, notre combi a explosé au total 3 pneus dans la rocaille et les graviers !!!

Sur la route d'Etosha, Namibie

Il n'est apparemment uniquement nécessaire d'utiliser un 4x4 que pour le Parc National de Kaudom, pour le Kaokoland et bien évidemment pour passer les dunes de sable dans le désert et les lits de rivières (quand elles ne sont pas complètement asséchées).

On couvre habituellement de très grandes distances sans apercevoir quelqu'un, excepté lors de la traversée de quelques petites villes très isolées où il est toujours plaisant de faire un arrêt pour se reposer.

De Swakopmund à Etosha, on trouve aussi fréquemment au bord des routes de gigantesques tours de fourmis qui sont endémiques à la région et peuvent atteindre jusqu'à deux mètres cinquante de haut.

Chacune de ces tours constitue apparemment un royaume différent, souvent seulement à quelques dizaines de mètres de la suivante.

 

Ressources

La version française du site a été conçue à partir de la version anglaise.

Si vous n'êtes pas gênés par l'anglais, la version anglaise est généralement plus complète et la première à jour.

Paysages grandioses, déserts et énormément d'espace